•    Pour oublier un peu une actualité tristounette, je vous propose une promenade dans les Alpes dans un village situé dans un endroit exceptionnel : à l'entrée de la vallée de l'Ubaye et dominant le lac de Serre-Ponçon.

       La vallée de l'Ubaye est le point le plus septentrional des Alpes-de-Haute-Provence et ancienne limite nord de la Provence (les Hautes-Alpes voisines faisaient partie du Dauphiné) et le lac de Serre-Ponçon est le deuxième lac de barrage d'Europe par sa superficie. Un tel endroit pourrait être super touristique mais, hormis quelques campings sur la commune, le village est calme et "ordinaire", et tant mieux...

       L'endroit étant très stratégique (des conflits avec les voisins italiens étaient possibles), plusieurs forts militaires ont été construits.

       C'est par une belle journée d'automne, plus exactement le 2 novembre, que j'ai fait cette ballade. Mais ce qui est surprenant, ce n'est qu'aujourd'hui que j'ai retrouvé les photos par hasard, toujours dans la mémoire de mon appareil photo. C'était une chance qu'elles n'aient pas été effacées depuis... Et maintenant qu'elles sont en sécurité sur mon ordinateur, je peux vous en faire profiter.

     

    Un endroit privilégié

    Un endroit privilégié

       On suit la montée qui mène au fort Saint-Vincent (appelé aussi Fort Joubert) qui domine le village. Construit par l'ingénieur militaire Guy Creuset de Richerand (1652/1704) à la toute fin du XVIIe siècle, les plans avaient été faits par Vauban. Cet ingénieur a aussi réalisé d'autres constructions militaires majeures dans la région (Seyne, Colmars)

     

    Un endroit privilégié

     

    Une vue magnifique sur la vallée de l'Ubaye

    Un endroit privilégié

    Le lac de Serre-Ponçon

     

    Un endroit privilégié

    Moins spectaculaire, la vue vers le sud est néanmoins très jolie avec le village et la montagne de la Dormillouse (qui veut dire marmotte en provençal)

     

    Un endroit privilégié

    Avant d'arriver au fort, on peut admirer une reconstitution miniature

     

    Un endroit privilégié

     

    Arrivés à l'entrée, porte close car le fort, après avoir été longtemps abandonné, est maintenant habité et bénéficie de travaux de restauration depuis 1997.

     

    Un endroit privilégié

     

     

    Un endroit privilégié

    De l'autre côté du fort, un chemin en fait en partie le tour avec des panneaux explicatifs implantés très récemment, jolis et forts bien faits. Au bout du chemin, la vue est impressionnante...

     

    Un endroit privilégié

    J'aperçois aussi une route que je me souviens avoir pris en voiture quelques mois auparavant, elle est reconnaissable à son nombre incroyable de virages sur peu de kilomètres, et comme on dit dans la région, j'avais le "vire-vire"... (départementale qui va de l'ancienne commune engloutie d'Ubaye à Pontis)

     

    Un endroit privilégié

     

     

    Site des amis du fort Saint-Vincent ici 

     


    17 commentaires
  •    Pour respirer un peu et faire une pause dans toutes nos inquiétudes face aux évènements qui secouent la France depuis quelques jours, retour vers la période de Noël.

       Epoque où j'ai fait une parenthèse en Auvergne comme souvent à cette époque, généralement les photos et les visites sont rares surtout à cause du temps, mais cette fois-ci, on a eu quelques jours avec un temps calme, lumineux et doux...

       Tout d'abord la découverte étonnante de cette "fleur de Noël" (en fait trouvée au bord d'un chemin le 26 décembre)

     

    Respiration....

     

     

       Puis quelques photos de l'intérieur de l'abbatiale Saint-Austremoine d'Issoire. A deux pas de chez mes parents, elle est classée parmi les églises majeures de l'art roman auvergnat. Une ravissante crèche était installée au pied de l'autel.

     

    Respiration....

     

    Respiration....

     

    Respiration....

     

    Respiration....

     

    Respiration....

     

       Et pour finir, je suis allée faire un petit bonjour au menhir de Pierre Fichade, l'un des plus importants mégalithes auvergnat, il est situé à une quinzaine de kilomètre d'Issoire (entre Champeix et Ludesse) en direction des Monts Dore...

     

    Respiration....

     

    Respiration....

     

       Rarement dans ma vie et celle de mon pays, le terme de "trêve de Noël" entre les attaques sur les marchés de Noël et les attentats des 7 et 8 janvier, n'aura eu autant de sens !

     

     

     


    20 commentaires
  • Le Grand Duduche, une époque où "défier l'autorité" avait un sens...

     

    C'est évidemment la première image qui m'est venue à l'esprit lorsque j'ai appris comme vous la tuerie de ce mercredi 7 janvier 2015. 

    Le Grand Duduche est une BD de la France Gaullienne et Pompidoulienne que j'ai découvert à l'adolescence, dans une famille loin de l'extrême gauche, pourtant le Grand Duduche était une figure aimée au point que l'un de mes frères, lui aussi grand à lunettes, avait été surnommé ainsi. J'ai aussi apprécié "le Beauf", un personnage si populaire que son nom est entré dans le dictionnaire et dans le discours courant. C'est donc des personnages et un style d'humour qui vient de disparaître avec brutalité.

     

     

    J'étais moins emballé par le "nouvel" humour de Charlie car je trouvais que leur aversion envers la religion finissait par confiner à l'obsession. N'est-t-on pas désormais dans un pays sécularisé où c'est bien plus l'argent qui sert de morale plutôt que les religions traditionnelles ? Ne serait-ce pas plutôt les grands financiers qui devraient être pris de façon insistante comme cible ?

    Encore une fois, j'avais tort, si les trois principales religions de France que sont le catholicisme, l'église réformée de France et l'islam respectent les règles de la laïcité, certains intégristes ne supportaient pas l'humour irrévérencieux de Charlie Hebdo... Jusque-là, cela s'était toujours terminé par des procès, c'était probablement agaçant pour l'équipe du journal mais au moins, il n y avait pas mort d'homme...

     

    Je n'oublie pas non-plus les autres dessinateurs tués : Wolinski, Tignous, Charb, Honoré ainsi que Riss qui lui a été blessé

     

    Je m'exprime parfois sur le net et avec mon entourage et je ne supporte pas d'être insultée ou menacée lorsque j'exprime une opinion, même si je dis des bêtises car j'en dit, bien entendu, comme tout le monde (bien qu'à mon goût, certains se surpassent)

    Aussi, il m'est tout naturel de respecter les opinions d'autrui et de respecter la liberté d'opinion. Même si Charlie Hebdo, sous la houlette de Philippe Val dans les années 2000, avait certaines prises de position qui ne me plaisait pas... 

    Mais qui sont ces fous qui s'en sont pris ainsi à un journal et à ses membres ?

     

    Je n'oublie pas non-plus l'économiste Bernard Maris dont j'avais apprécié l'ouvrage "Ah Dieu ! Que la guerre économique est jolie !" assassiné lui aussi

     

    A l'heure où j'écris ces lignes, deux suspects sont poursuivis à travers la France, suspects qui auraient transité par les groupes intégristes de Syrie il y a quelques années. Groupes intégristes qui rappelons-le, ont été financé par les pays occidentaux pour faire chuter le régime de Bachar-El-Hassad, pays occidentaux qui ont semé le chaos en Irak où, là aussi, le fanatisme règne, les communautés chrétiennes locales en savent quelques chose... Des grands chancelleries occidentales qui jouent ainsi avec le feu. J'apprend d'ailleurs que Hollande regrette de ne pas être intervenu en Syrie et il appelle la communauté internationale à agir (lu sur le site d'Europe 1)

    Je ne dis pas ceci pour défendre El Hassad ou Sadam Hussein ni pour justifier la tuerie d'hier mais je crains que le désordre règne de plus en plus au Moyen-Orient, en Europe et ailleurs aux bénéfices de quelques-uns, qui ont beaucoup beaucoup d'argent et cherchent à en gagner encore plus...

    Je n'oublie pas les "inconnus" qui figurent parmi les 12 victimes, dont Le policier Ahmed Merabet... voir ici

     

    Je n'ai qu'une crainte : c'est que toute une communauté, celle des français musulmans, soit prise pour cible sans discernement... On a déjà signalé des incidents dès ce jeudi matin (une salle de prière prise pour cible par exemple et un restaurant kebab). Je ne suis pas une bisounours et souhaiterait fortement que l'on s'occupe de certaines personnes en pleine confusion mentale attirée par des actes extrêmes et non pas entretenir leur haine par des discours victimaires...

    Mais je ne me joindrai pas à tous ceux qui veulent stigmatiser une communauté entière. Je ne répondrai pas non-plus "présent" à l'appel du tandem Valls-Sarkozy, pour la manif "républicaine" de samedi, j'estime qu'ils sont en partie responsable des clivages profonds qui affaiblissent ce pays.. Voilà qui est dit yes

     

     

     

    Un regard iconoclaste de ce tragique événement : ici 

    Mes pensées vont également au Professeur Choron et François Cavanna, co-fondateurs de Charlie Hebdo, disparus en 2005 et 2014, au moins n'ont-ils pas assisté à ce désastre...

     

     

    Addendum : cet article ayant été publié le 8 janvier, je n'avais pas parlé de Clarissa Jean-Philippe, victime de la fusillade de Montrouge, ni de Yohav Hattab, Yohan Cohen, Philippe Braham et François-Michel Saada, les victimes de l'attaque du magasin Hypercacher. 

    Autour de moi, les gens gardent majoritairement la tête froide et ne veulent surtout trouver des boucs émissaires ce qui me réconforte...

     


    14 commentaires
  • Interstice

    Par manque de temps, je ne publie pas encore de nouveaux articles mais en attendant, je vous propose une poésie que j'ai composé il y a trois ans inspirée par la photo ci dessous. A toutes et tous, je vous souhaite une nouvelle année lumineuse et que le bonnes surprises soient nombreuses !

     

    Interstices

    photo : Niall Cotton

     

     

    Dans ce quartier de maisons alignées

    Restait un interstice de liberté

    Un vieux jardin abandonné

    Aux ronces et aux herbes folles

    J'y venais faire des cabrioles

    J'imaginais les landes perdues

    Que je n'avais jamais vu

    Je devenais un cavalier

    Galopant sur les sentiers

    Je délivrais une princesse

    Des griffes d'une terrible ogresse

    Avec les copains, on poursuivait

    Les méchants qui nous opprimaient

    Rentrés chez nous, tristes brimades

    Résonnaient sous les barricades

    nos aînés criaient "liberté"

    Dans les rues mal goudronnées

    Dans l'église on parlait futur

    Avenir fier de nos coeurs purs

    Interstice d'amour entrevues

    Par la voisine joliment vêtue

    Voix cassées par l'alcool bu

    Par des parents à l'amour nu

    Enfants nombreux et survenus

    Par l'amour de Jésus entrevu

    Amour fou de la liberté

    Nous empêchait de tomber

    Oppression bien organisée

    Que nous aimions défier

    Copains tombés sous les barbelés

    Dressés par l'autoritaire

    Non-pays au réel délétère

    Délaissé par le ministère

     

    Dans ce quartier de briques empilées

    Restait un interstice de liberté

    Petit recoin imaginaire

    Un souffle de vie salutaire


    35 commentaires
  •     Par manque de temps (les préparatifs qu'on imagine mais aussi trois pannes d'électricité successives !) je ne peux pas faire de vrai article, simplement vous donner rendez-vous pour le mois de janvier.

       Je vous souhaite une fin d'année plein de bonheur et de bien-être  !

     

     

    Esclarmonde 

     

     


    20 commentaires