• Le parricide est-il soluble dans le Whiskey ?

    "Buck Mulligan réflèchissait, intrigué :

    - Shakespeare ? dit-il. Je crois que j'ai entendu ce nom-là.

    Un fugace sourire ensoleilla sa face épaisse.

    - Et parbleu, dit-il triomphant, ça me revient, Le type qui a écrit à la manière de Synge."

    James Joyce, Ulysse.

     

     

    Baladin


       Bonjour, un dernier tour en Irlande pour boucler mon "défi" du Challenge irlandais avant les vacances et la plongée dans le monde occitan et cathare... En janvier dernier, j'ai publié un article sur le dernier roman de l'écrivain irlandais Joseph O'Connor "Muse" qui parle des amours tourmentés entre le dramaturge John Millington Synge et l'actrice Maire O'Neill, laquelle avait entre autre, joué le principal rôle féminin de la pièce restée la plus célèbre de son amant : Le baladin du monde occidental.

     

       Alors tout naturellement, c'est cette oeuvre que j'ai choisi pour le volet "littérature classique" de ce challenge animé par Valou.

     

       Mais il y a une autre raison : mon compagnon a été éclairagiste dans une troupe amateur de théâtre dans la région du Sud-Luberon dans les années 90, c'est d'ailleurs par ce loisir que nous nous sommes rencontrés, vu que je menais une très modeste carrière d'actrice dans cette troupe et on est pas loin de Synge et O'Neill ! en bien moins tourmenté quand-même !!!

     

       Un jour, une autre troupe a fait appel à ses compétences pour faire l'éclairage de la pièce qu'ils avaient monté et qui n'était autre que ce "Balladin"... Après la représentation, il est rentré à la maison avec le texte de cette pièce dont je connaissais le nom...  Mais ce texte est néanmoins resté longtemps dans un carton jusqu'à ce que je la redécouvre il y a deux ans seulement... Je me demande encore comment j'ai pu laisser auparavant ce texte aux oubliettes ! En tout cas, le fait de l'avoir déja lu m'a facilité la tâche pour faire un article....

     

     

    Affiche de la première représentation en 1907.

     

    Affiche des années 60

     

     L'AUTEUR : John Millington Synge est né en 1871 à Rathfarnham près de Dublin dans une famille de la noblesse terrienne protestante. Il fait connaissance de plusieurs écrivains et artistes irlandais qui travaillent au renouveau de la vieille culture irlandaise dans un contexte de conquête de l'indépendance du pays. Il fait notamment connaissance du poète William Butler Yeats qui l'incite à séjourner aux îles d'Aran, un petit archipel au large de Galway à l'ouest de l'Irlande, un des endroits les plus reculés du pays où les traditions étaient restées très vivaces. Ses pièces s'inspirent beaucoup de cette expérience, il rend hommage à la culture celtique et ancestrale ce qui ne l'a pas empêché d'être vivement critiqué par les nationalistes irlandais comme Arthur Griffith. 

      Synge meurt deux ans après seulement après la première représentation du Baladin du monde occidental à 37 ans.

      Il a également écrit "Deirdre des douleurs", "les noces du rétameur"....

     

    Baladin

     

    CONTEXTE DE LA PIECE: En 1909, l'Irlande est encore toute entière sous le joug britannique et il est important pour les partisans d'une Irlande indépendante, ou du moins avec plus d'autonomie de mettre en valeur la langue, les textes, la musique et les légendes locales. C'est ce qu'à fait Synge après ses séjours aux îles d'Aran. Le baladin a été présenté pour la première à l'Abbey Theatre de Dublin le 26 janvier 1907. La représentation a donné lieu à une émeute de la part de leaders du Sinn Fein (parti nationaliste) qui n'ont pas aimé du tout la représentation de la femme et des irlandais en général dans cette pièce, qu'ils considéraient comme dégradante..... Finalement, les critiques de la pièce étaient très favorables et l'opinion s'est retournée contre le Sinn Fein....

     

     

    Baladin

    l'actrice Maire O'Neill (Molly Allgood) la première à interprèter le rôle de Pegeen Mike. Etrangement (ou pas d'ailleurs), le caractère entier de Pegeen Mike et de la Molly Allgood imaginée par Joseph O'Connor sont pas mal proches...

     

    LA LANGUE : Synge a été particulièrement frappé par la richesse langagière des habitants de l'ouest irlandais. A cette époque, cela fait que quelques décennies que les Irlandais ont été forcés à l'école à parler anglais, ce changement s'est fait avec brutalité et dans un laps de temps assez bref et il en est résulté ce qu'on appelle l'hiberno-anglais, c'est à dire un anglais avec une syntaxe proche du gaélique. Une langue métissée difficile à transcrire en français sans tomber dans la folklorisation. Le cahier que j'ai récupéré est la version de Jean-Michel Desprats qui est traducteur de théâtre, universitaire et spécialiste de Shakespeare. Il a traduit le "baladin" en 1989. Dans une note que je ne peux pas détailler sous peine de faire un article de plusieurs kilomètres, il explique la difficulté à rendre en français cette façon de s'exprimer. J'ai aimé cette traduction qui en effet évite un parler patoisan et pittoresque.

     

     

    Baladin

     

      L'HISTOIRE : dans une petite taverne d'un petit village du comté de Mayo (comté très rural de l'ouest de l'Irlande), la vie semble monotone et le destin des habitants tracé à l'avance, lorsqu'un soir débarque Christy, un jeune homme qui prétend avoir tué son père après un accès de colère. Les habitants - surtout les femmes - sont subjugués par ce qu'ils considèrent plus comme une preuve de courage que comme un crime.


       "La bravoure est un trésor dans un lieu solitaire, et un garçon capable de tuer son père, je pense, affronterait le plus fourbe des diables avec une fourche sur les dalles de l'Enfer." 


    Christy, beau parleur, met tout le monde dans sa poche en particulier Pegeen Mike qui s'entiche de lui et rêve de l'épouser au lieu de convoler en justes noces avec le fade et couard Shawn keogh. Mais un jour, le père de Christy bien vivant débarque avec un gros pansement sur la tête... Et Christy perd brutalement sa stature de héros et est vu comme un imposteur....

     

    ET MOI, QU'EST-CE QUE J'EN PENSE ? 

    Difficile d'écrire une critique personnelle d'une oeuvre très connue, et que l'on a pas vu jouer. Je n'avais pas pu assister à la représentation dont mon compagnon avait assuré l'éclairage, j'ai eu quelques craintes après coup car en lisant le texte, je me suis aperçue que le metteur en scène avait coupé des morceaux de dialogue, absurde !! Et pourquoi ? Parce que le principal intérêt pour un français est l'extravagance et le foisonnement de ces dialogues, amis cartésiens rigoristes s'abstenir... Dans leurs propos, les personnages font beaucoup de digressions en faisant des descriptions de paysages par exemple, en abondant en images poétiques, des discours elliptiques avant d'aller à l'essentiel ce qui n'empêche pas les propos d'être souvent rudes et empreints d'un franc parler qui laisse augurer de caractères bien trempés.

     

    Baladin

    Un personnage au "caractère de cochon" : Mahon, le père de Christy

     

    D'autre part, en lisant, j'ai été vite embarquée dans cette histoire où le rythme est très vif et sans temps mort ce qui m'a beaucoup plus, détestant les pièces de théâtre statiques et trop intellectualisantes (l'étude de Racine et de Sartre au lycée ont été des moments pénibles pour moi !) ce qui n'empêche que les messages sont nombreux et riches et beaucoup ont du m'échapper, étant d'une différente culture et quelques connaissances de la culture et de l'histoire irlandaise sont quand-même bien utiles pour mieux comprendre.

     

    On y sens une lourde présence de l'Eglise Catholique qui fait un règner l'ordre chez ces gens mais on sent qu'un rien les font basculer dans la subversion et ce rien ici, c'est Christy et ce sont bien sur les femmes qui oublient la société bien-pensante dans laquelle elle vivent, cet inconnu excite leur imagination et leur passion surtout Pegeen Mike, la tenancière du pub où Christy se réfugie qui tombe follement amoureuse de lui avant de le répudier sans ménagement lorsqu'elle apprend qu'il a menti sur le meurtre de son père.

     

    Baladin

     

    J'ai aussi beaucoup aimé le personnage de Christy, il est pathétique et assez mythomane mais attachant, son imagination est telle qu'il croit à tout ce qu'il raconte et il finit par en être victime. Mais tout le monde finalement veut croire à ce qu'il raconte et l'ont sent des gens qui s'ennuient et qui sont bien contents de rencontrer quelqu'un qui narre des histoires à dormir debout et qu'importe la véracité de ses propos du moment que c'est quelqu'un qui parle bien et a le don de l'éloquence, aspect important de la culture irlandaise... 

     

    " Oui, Dieu me secoure, et là, j'étais aussi heureux que le soleil de la Saint-Martin à regarder la lumière passer au nord ou les nappes de brume, jusqu'à ce que j'entende un lapin se mettant à glapir, et alors je courais dans les ajoncs. Et puis quand je m'en étais donné à coeur joie, je descendais à pied là où l'on voit les canards et les oies étendus endormis sur la grand'route du chemin et, avant d'avoir passé le tas de fumier, je l'entendais ronfler - un ronflement sonore, solitaire qu'il avait tout le temps quand il dormait ; un homme qui était tout le temps furieux quand il se réveillait, comme un officier dans son uniforme flamboyant qu'on entendrait maudire et damner et lancer des jurons."


    Chose étrange pour nous et qui a du scandaliser les nationalistes qui voulaient donner une image vertueuse du peuple irlandais, est que Christy suscite l'admiration pour avoir tué son père, peut-être que le courage est-il placé au dessus de tout chez ces gens. Ce qui est clair, c'est que face à la justice qui est la "justice des anglais" dont celle de l'envahisseur et colonisateur, la solidarité marche à fond pour celui qui est poursuivi par cette justice-là...

     

    Pour finir une vidéo sur une représentation de cette pièce qui a eu lieu récemment à Ivry, en Région Parisienne. J'ai beaucoup aimé les explications de la metteur-en-scène et c'est en l'écoutant que vous comprendrez le titre que j'ai choisi pour mon article !

     

     

     

    Article faisant partie du : 

    Baladin


    Tags Tags : , , , , , ,
  • Commentaires

    1
    Wahly
    Lundi 16 Avril 2012 à 15:06

    Ai-je aussi le coeur en Wales(mon nom se rapproche)?Nous avons les mêmes cultures de la mine et du labeur,nous avions devrais je dire.En plus je porte régulièrement le maillot rugbystique marqué du poireau.

    Je remercie aussi Jonas pour votre visite.

    Wally.

    2
    Lundi 16 Avril 2012 à 18:33

    Aux confins d'une Irlande primaire. La rudesse des paysages lui inspire une langue particulière, faite de la brutalité du gaélique mêlée à l'intonation anglo-irlandaise. Il invente une parole sauvage qu'il cède aux personnages de sa fable féroce . Le Baladin du monde occidental, jugée « diaboliquement immorale » à sa création à Dublin, en 1907, provoque de véritables émeutes. Synge imagine la grandeur et la décadence d'un garçon nommé Christy Mahon, persuadé d'être parvenu à tuer son père d'un coup de bêche. Le jeune homme vierge au nom messianique devient le héros d'un village dévasté par l'ennui et le conformisme. Les paysans et les paysannes de Mayo font de Christy l'être providentiel, l'amant idéal. il pourrait une sorte de Dom Juan accomplissant son rêve de parricide ; une sorte d'OEdipe conscient de son crime, ou d'Hamlet affranchi de l'autorité paternelle. Mais le héros criminel de Synge voit sa gloire déchoir quand son ivrogne de père réapparaît. Marc Paquien dirige avec Le Baladin « un récit populaire, un incroyable fantasme à parcourir, joyeusement .


    bonne semaine

    3
    Esclarmonde Profil de Esclarmonde
    Lundi 16 Avril 2012 à 21:35

    @ Wahly, je n'ai pas oublié le Pays-de-Galles où pourtant je ne suis pas revenue depuis près de 18 ans maintenant, mais cela me parait hier... pays très chaleureux. Merci pour ta visite et bonjour à Jonas !

    Esclarmonde

    4
    Esclarmonde Profil de Esclarmonde
    Lundi 16 Avril 2012 à 21:35

    @ Line, ou a tu trouvé cette extrait ? Cela a l'air intéressant, si tu pouvais me retrouver le lien... Bisous et bonne soirée

    Esclarmonde

    5
    Mardi 17 Avril 2012 à 06:31

    Je n'ai guère de temps pour lire , mais ce livre me tente 

    Douce journée ,ESCLARMONDE

    Bisous

    timilo

    6
    Mardi 17 Avril 2012 à 07:32

    C'est inimaginable le nombre d'auteurs qu'on ne connait pas même si on a beaucoup lu belle journée à toi

    7
    Esclarmonde Profil de Esclarmonde
    Mardi 17 Avril 2012 à 08:13

    @ Timilo,  j'avoue que cet article est un peu long ! Ce texte est facile à lire et est très rythmé malgré l'extravagance des discours ! Le mieux serait que je puisse en voir une représentation mais cette pièce semble assez peu jouée chez nous, dommage.

     

    @ Katara, moi aussi je trouve surtout en prenant en compte les auteurs étrangers comme je le fais.

    Bisous et douce journée de mardi

    Esclarmonde

    • Nom / Pseudo :

      E-mail (facultatif) :

      Site Web (facultatif) :

      Commentaire :


    8
    Mardi 17 Avril 2012 à 08:19

    J'aime beaucoup découvrir la littérature et le théâtre irlandais au travers de ton article...je n'ai plus tellemnt le temps de lire  alors je vais au plus facile...   Bon mardi  Bises

    9
    Esclarmonde Profil de Esclarmonde
    Mardi 17 Avril 2012 à 08:33

    @ Le chaton, je te comprend ! Le mieux est certainement la vidéo, la metteur en scène fait vraiment bien la synthèse de tout mon blabla !

    Bisous et belle journée

    10
    Mardi 17 Avril 2012 à 11:40

    Un beau travail Esclarmonde ! Je suppose qu'il est très difficile de synthétiser ses connaissances lorsqu'une telle passion porte à transmettre le maximum d'informations et d'analyses ... je t'admire parce que je ne saurais faire .

    Je reviendrai lire tranquillement ton exposé .

    Bravo et bisous, Plume .

    11
    Mardi 17 Avril 2012 à 12:56
    Bonjour Esclarmonde Tu nous donne envie de lire ce livre Bisous Frieda
    12
    Mardi 17 Avril 2012 à 14:28

    C'est moi qui ai cette synthèse !..


     


    je lis et je crois que je sais écrire, pas besoin que quelq'un me tienne la plume


    je croyais que tu le savais que je lisais, voyageais et j'aime ce pays , j'y suis allé plusieurs fois..


    J'ai une toute petite culture mais j'ai fait de longues études.


    bonne journée

    13
    Mardi 17 Avril 2012 à 17:31

    meme en connaissant l'Irlande, surtout le SO les Iles d'Aran, Mayo et les autres petites villes et en connaissant Synge je n'aurais pu faire la synthèse qu'a fait Line..


    elle a un don, c'est bien ainsi


    de lIrlande il n'y a que les crins crins que je n'aime pas.... j'ai adoré ton article je te remercie


    je t'embrasse Esclamronde belle fin de journée


    joelle


     

    14
    Esclarmonde Profil de Esclarmonde
    Mardi 17 Avril 2012 à 22:17

    @ Plume, merci à toi, cela a été surtout très difficile de faire quelque chose de court et il vrais qu'il faut avoir le temps de lire un article pareil alors tu as raison, choisi un moment où tu as le temps !

     

    @ Line,

     

    j'ai trouvé ceci sur ce lien : http://www.esseclive.com/theatre/ce-qui-se-joue-actuellement/le-baladin-du-monde-occidental.htm

    je m'en suis rappelé car je l'ai lu il y a quelques jours !

    hi hi !

     

     

    @ Frieda, merci de ton passage. Je ne sais pas si je donne envie de lire cette oeuvre, ce qui est sûr, c'est que c'est rare que j'accroche à la lecture d'une pièce de théâtre.

     

    @ Joelle, sorry mais c'est un copié d'un article... Enfin, tu n'y est pour rien ! moi j'aime beaucoup le violon mais en Irlande comme partout, certains musiciens ou morceaux peuvent être mauvais. bisous

     

    Esclarmonde

     

    15
    Mardi 17 Avril 2012 à 23:02

    bien contente , au moins tu as été occupée hi hi


    je te rappelle que l'autre jour  sur mon poème fêtant mon anniversaire de mariage tu as eu la grande gentillese de me dire


    Passion qui s'expose au risque d'être manipulée, au risque d'échec, d'être déçue !.. exct


     


    j'étais furax je fêtais mes 20 ans de mariage


     


    c'était super gentil, moi je ne suis jamais méchante


    Sorry

    16
    Mercredi 18 Avril 2012 à 05:53

    J'ai oublié de te dire que cet article qui parait long est très agréable à lire

    Douce journée , ESCLARMONDE

    Bisous

    timilo

    17
    Mercredi 18 Avril 2012 à 06:43

    Belle journée à toi Esclarmonde

    18
    Mercredi 18 Avril 2012 à 07:56

    J'aime te lire... Merci

    Bonne journée

    19
    Esclarmonde Profil de Esclarmonde
    Mercredi 18 Avril 2012 à 09:11

    @ Line,  effectivement ça m'a occupé, ça a même baclé mes temps de lecture chez des amis blogueurs qui eux sont honnêtes... Un comble

    Non tu n'es pas méchante, moi non plus mais j'ai un caractère de cochon très têtue comme les personnages de cette pièce. Malheureusement, je ne pense pas m'exprimer aussi bien qu'eux mais je ne cherche pas à le cacher..... Quant à l'interprétation de ta poésie et le parallèle avec ta vie privée, je ne peux pas le deviner, j'ai eu le même problème plusieurs fois mais les gens ne peuvent pas tout deviner non-plus et il réponde selon leur propre vécu qui est différent du mien et c'est  bien normal...

     

    @ Timilo, merci beaucoup. Oui, j'essaye de faire en sorte que la lecture soit agréable bien que je peux me planter parfois !

     

    @ Katara, passe un beau mercredi aussi !

     

    @ Jackie,  et moi j'aime beaucoup tes photos. Il faut d'ailleurs que j'aille voir chez toi car je ne reçois plus les notifications encore une fois.

     

    Bisous et belle journée

    Esclarmonde

    20
    Jonas D.
    Mercredi 18 Avril 2012 à 10:42

    Un article très dense, le temps me manque mais j'y reviendrai... Bises, Fleur Bleue !

    Jonas

    21
    lagardére
    Mercredi 18 Avril 2012 à 14:33

    hier je ne suis pas passé.....mais je reviens pour lire...en prenant tout mon temps;;;;;;;;;;;;;;;BISESSSSS
    CLAUDE

    22
    lagardére
    Mercredi 18 Avril 2012 à 18:44

    bon je tient parole..;je viens de tout lire ton article....et je suis admiratif de tes capacitées intellectuelles trés fortes...chapeau bas à vous trés chére....il fallait décortiquer l'histoire pour faire court sans lasser..;c'est réussi....j'ai lu aussi tes réponses..;je te trouve trés iralandaise sur le sujet...sans doute l'actrice qui parle et qui joue à merveille son rôle...bravo...tu as loupée ta vocation.....je comprends qu'une piéce de ce type ai pu en son temps scandaliser....je ne dis pas qu'aujourd'hui avec tout ce que l'on voit....mais j'aimerai voir cette piéce.....merci.........bonne soirée........;bisessssssssssssssssssss
    claude

    23
    Esclarmonde Profil de Esclarmonde
    Mercredi 18 Avril 2012 à 21:21

    @ Jonas, alors j'attend ton retour et tes appréciations  Bises

     

    @ Claude,  merci de ta lecture attentive, j'aurais bien aimé tenir un rôle dans cette pièce, celui de Pegeen, une femme vive et très amoureuse du beau parleur... On ne se refait pas . Le scandale venait surtout du fait qu'on voulait faire passer les irlandais pour des gens vertueux et très pieux, non entachés de pèchés... mais l'humain est l'humain partout et l'auteur l'avait bien compris ! Bisous et bonne soirée

    24
    Mercredi 18 Avril 2012 à 22:23

    bonjour escalrmonde, superbe cet article !! J'avais vu le défi irlandais mais je manque de temps pour me consacrer en ce moment au net et aux blogs. Toutefois, j'aprpécie ta mention de Joyce et de  yeats evidemment ( WB étant mon "chouchou") comment parler de l'Irlande sans aborder tous ces aspects !  bravo pour tant d'érudtion sur le sujet irlandais  espérons que cela suscitera l'envie de découvrir plus avant ce pays parmis les participants au challenge !

    25
    Mercredi 18 Avril 2012 à 22:24

    oops, esClarmonde, désolée d'avoir écorché ton joli nom - faute de frappe :D

    26
    Esclarmonde Profil de Esclarmonde
    Jeudi 19 Avril 2012 à 09:00

    @ Irlandaise, bonjour à toi. J'ai eu la chance de m'appuyer sur ce livret de "l'avant scène théâtre" qui est très bien fait et c'est dans ce livret que j'ai trouvé cet extrait de "Ulysse", clin d'oeil moqueur aux anglais.... Reste qu'il fallait que je fasse un article qui ne soit pas du copié collé. Sinon, l'idée de retourner en Irlande commence à faire son chemin chez moi mais aussi mon copain. Peut-être ferais je un blog "spécialisé" à mon retour.... sans concurrencer le tien 

    Merci beaucoup pour ta visite et ta appréciation et belle journée !

    Esclarmonde

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :