• Adieu l'écrivain

       Me voilà revenue en Haute-Provence pour saluer quelqu'un qui a quitté notre monde lorsque j'étais en Ariège : Pierre Magnan, écrivain avant tout indéfectiblement lié à sa Haute-Provence natale mais connu nationalement pour au moins certains de ses romans qui ont été portés à l'écran, que ce soit pour le cinéma (La maison assassinée avec Patrick Bruel) ou à la télévision (Le courrier de la mort ou tout récemment Le secret des Andrônes avec Victor Lanoux).

     

    La maison assassinée, probablement l'adaptation la plus connue.
     

       Il a écrit de nombreux ouvrages et laisse à la postérité l'inspecteur Laviolette, son personnage le plus emblématique et le plus connu de son oeuvre. Ce commissaire doit résoudre beaucoup d'énigme avec comme toile de fond, les Alpes du sud, ses paysages et ses habitants souvent très coriaces, dévorés par des vieilles haines rancies.

     

    Adieu l'écrivain

    L'Aube Insolite, un des premiers romans de Magnan est inspiré par son expérience de la Seconde Guerre Mondiale, très bien écrit et à la fin vraiment inattendue


       Proche des gens et très populaire dans sa région natale, il a participé à de nombreuses rencontres avec son public notament lors de dédicaces dans des librairies de la région ou dans des bibliothèques. On l'a aussi souvent entendu dans les radios locales.

     

    Adieu l'écrivain

       

       Pourtant, il a eu jusqu'à la cinquantaine une vie ordinaire et anonyme après avoir publié trois romans dans sa jeunesse qui n'ont pas eu de succès, jusqu'il soit licencié économique dans les années 70.  Un période d'inactivité qui lui permet de se lancer dans l'écriture : c'est la parution de Le sang des Atrides qui obtient le prix du quai des orfèvres en 1978. Le reste de sa vie est consacré à l'écriture jusqu'à son dernier roman paru  en 2010.

     

    Adieu l'écrivain

    La clue de Barles

       Les courriers de la mort se passe entre Digne-les-Bains et Barles exactement tout prêt de mon lieu de vie. Il est question de vieilles histoires et de vengeances et c'est le commissaire Laviolette qui doit résoudre une énigme où il est question, comme souvent chez Magnan de vieilles rancoeurs tenaces. Les descriptions de la clue de Barles et de la vieille église du village de Barles y sont exceptionnelles. Très pessimiste sur l'âme humaine, Magnan excellait vraiment dans l'évocation des paysages de sa région qu'il aimait tant. Je n'ai par contre pas vu le téléfilm et j'avoue que je n'avais compris pourquoi il avait été tourné sur Dauphin, très joli village près de Forcalquier mais où le paysage infiniment plus doux qu'à Barles ne peux pas permettre de rendre l'ambiance farouche qui règne dans le roman...

     

    Adieu l'écrivain

    La veille église de Barles et son cimetière attenant où un mystérieux messager laisse des courriers de menaces dans Les courriers de la mort

       

    Magnan n'hésitait pas à balader le lecteur dans des lieux vraiment existants comme Lurs, Sisteron, Digne, Banon, Eourres.... Il ne ménageait pas les habitants qui, semblent-ils, ne lui en tiennent pas rigueur !

     

    Adieu l'écrivain

    Dans le commissaire dans la truffière, il est question de truffes mais aussi de Hippys assassinés du côté de Banon....


       J'ai déja lu quelques autres romans de qualité inégale mais jamais mauvais et il m'en reste encore beaucoup à lire.... Adieu l'ami !

     

     

    Adieu l'écrivain

    Ce roman, l'un des plus récents de Magnan, dont la trame se situe à Eourres, petit village aux confins des Hautes-Alpes, des Alpes-de-Haute-Provence et de la Drôme et que j'espère lire bientôt....


    Tags Tags : , , , , ,
  • Commentaires

    1
    Samedi 12 Mai 2012 à 09:27

    je ne connais que la maison assassinée au travers du film..... 

     

    2
    lagardére
    Samedi 12 Mai 2012 à 09:50

    formidable MAGNAN....bravissimo pour cet hommage à l'enfant terrible du pays...je l'ai rencontré plusieurs fois...il était admirable...
    une philosophie particuliére..;mais j'aimais dialoguer quelques instants avec lui...il avait des réparties terribles.......ah ! barles ...magnifique ce lieu...merci de m'avoir fait vibrer avec ce grand écrivain de chez nous..............bonne journée.............bisesssssssssssssssss
    claude

    • Nom / Pseudo :

      E-mail (facultatif) :

      Site Web (facultatif) :

      Commentaire :


    3
    Samedi 12 Mai 2012 à 10:44

    rci pour touts ces renseignements,je ne le connaissais pas,tout en connaissant des applications de son oeuvre!!Tres bon week End pour toi,Jean-Pierre

    4
    Dan.
    Samedi 12 Mai 2012 à 11:56

    Un auteur que je ne connaissais pas mais qui me renvoie à des auteurs locaux qui savent faire revivre leur terroir. Bises Dan

    5
    Samedi 12 Mai 2012 à 15:34

    Je n'ai jamais lu cet auteur, mais ton article me donne envie de le découvrir ...

    Comme chez beaucoup d'écrivains locaux, leurs oeuvres sont l'occasion d'une immersion authentique dans l'histoire et la vie des habitants.

    Merci Esclarmonde, bisous, Plume .

    6
    Esclarmonde Profil de Esclarmonde
    Samedi 12 Mai 2012 à 22:00

    @ Annie, J'ai bien aimé le roman qui a inspiré le film, tu devrais essayer de te lancer ! Il est édité chez Denoel.

     

    @ Claude, j'ai failli le rencontrer une fois, à la bibliothèque de la Tour d'Aigues dans le Vaucluse où une amie travaille, je ne sais plus pourquoi je n'étais pas présente finalement...; trop tard.... 

     

    @ Jean-Pierre, il est édité chez Denoel et Folio, assez facile à trouver. 

     

    @ Dan, le seul auteur breton local que je connais un peu, mais il a une notoriété nationale, c'est Jakez Hélias mais j'imagine qu'il y en a bien d'autres ! je serais contente d'en découvrir

     

    @ Plume, c'est tout à vrai, bien loin des écrivains de l'univers mondain de la capitale  ! 

     

    Merci à tous, bisous 

    Esclarmonde

    7
    Samedi 12 Mai 2012 à 23:16

    très bel article, et instructif! je connais mal cet auteur, à part "la maison assassinée", re-passée récemment à la télévision, les autres ouvrages, je ne connais pas, à voir...

    La haute-provence c'est magnifique, je connais bien pour y être allée quand mon frère vivait là-bas, c'est une région très agréable.

    bon dimanche, gros bisous!

    8
    Dimanche 13 Mai 2012 à 06:16

    Je ne connaissais pas cet auteur ,

    merci Esclarmonde pour ton article 

    Bon et doux ,Dimanche

    Bisous

    timilo

    9
    Esclarmonde Profil de Esclarmonde
    Dimanche 13 Mai 2012 à 08:26

    @ Melofaroh,  nous bénéficions en effet de superbes paysages et comme c'est désert, de pouvoir trouver des endroits tranquilles même au coeur de la saison touristique 

     

    @ Timilo; cela m'a fait plaisir de faire cet article et de partager ce que j'aime en général.

     

    A tous les deux, bisous et doux dimanche de printemps

    Esclarmonde

    10
    Dimanche 13 Mai 2012 à 11:02

    j'ai nettement préféré le livre au film, de toutefaçon je n'aime pas Bruel déjà


    mais dans un livre on digère nous.... rien n'est interprété et toute latitude nous est laissée, c'est la raison qui me fait prférer les livres aux films


    un bon auteur Esclarmonde, merci d'en parler


    je t'embrasse, passe un i4cdigu4joelle

    11
    Esclarmonde Profil de Esclarmonde
    Dimanche 13 Mai 2012 à 14:07

    @ Joelle,   tu as raison, par les livres, on peut mieux faire marcher notre imagination, imaginer les personnages, les paysages... Et jai regardé il y a quelques années l'adaptation de "l'Aube insolite" que j'avais trouvé ratée, mais me servir de ces films m'a permis simplement l'auteur Magnan vu qu'il n'est pas très connu. Merci à toi et bonne après-midi ensoleillée. Bisous

    12
    Lundi 16 Février 2015 à 18:12

    , J'ai vu plusieurs série du commissaire Laviolette: En plus, j'aime bien Victor Lanou: C'est un "classard":

    (En Auvergne: Quelqu'un de la mème année!) Dommage , en effet, pour le village, mal choisi! En plus, on l'appelle "Barles": le vrais aurait bien convenu! Je ne savais pas que Pierre Magnan était décédé;Peut-étre l'ai je appris, et je l'ai oublié : dommage, il avait un vrais talent, et, ses histoires, souvent sombres allaient bien avec vos paysages;

    bise chère Esclarmonde!

    13
    Lundi 16 Février 2015 à 21:50

    J'ai lu le roman et je l'ai à la maison. Magnan avait bien saisis l'atmosphère du lieu qui est un personnage à lui tout seul, transposer cela dans un village riant du pays de Forcalquier est en effet complétement incompréhensible ! Magnan, sans doute un des derniers écrivains à la fois populaire et de talent, je l'ai beaucoup regretté. 

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :